LA TRACE NOIRE

AZF-Toulouse Quelle Verite / LA TRACE NOIRE

C’est en janvier 2007 que nous avons découvert la trace noire. Cinq ans après la catastrophe ! Un comble pour l’auteur d’un livre particulièrement documenté sur AZF. La raison en est très simple : seules quatre ou cinq personnes en connaissaient l’existence. Et elles l’avaient oubliée. Les trois juges d’instructions qui ont planché sur le dossier n’en ont jamais rien su. Les policiers et les experts officiels qui ont longuement arpenté la scène de crime dans tous les sens ne l’ont jamais vu. Les journalistes de tous horizons, venus inspecter coins et recoins, l’ont ignorée.
Pourtant cette trace noire est tangible. Et on ne peut pas dire qu’elle soit discrète. Elle est imposante. Par ses dimensions d’abord. Près de cent mètres de long. Trois ou quatre mètres de larges. Et une trentaine de centimètres de profondeur qui l’incruste profondément dans le sol. Par sa couleur aussi. Brune, noirâtre. Une teinte qui tranche fortement avec le reste du terrain. Et qui lui a donné son nom. Par sa position enfin. Sortant du cratère. Certains diront pénétrant dans le cratère. Mais la trace noire on ne la voit pas. On l’oublie. Elle dérange. Est-elle la solution. Le mobile du crime ? Ou plutôt son instrument : l’empreinte figée dans le sol du foudre de Jupiter.
Ce n’est que le lendemain matin, le vingt-deux septembre à neuf heures, que les policiers vont pénétrer dans l’usine pour enquêter. La trace noire, ils ne l’ont pas vue. Et pour cause : la trace noire n’est plus là. Elle a été effacée. Purement et simplement éliminée. Elle mesurait pourtant 80 mètres de long sur 3 à 4 mètres de large et une trentaine de centimètres de profondeur.
De tous les mystères que nous avons rencontrés en cette affaire AZF, l’arcane majeur de la trace noire est, de loin, le plus étonnant. Et concernant la recherche de la vérité, le plus excitant. Pas moins de quatre ingénieurs et un normalien ont planché dessus sans relâche. Nous-même y avons consacré près de deux ans.

Nous avons longuement travaillé sur ce sillon brun. Nous l’avons retrouvé sur deux film pris à partir d’ hélicoptère. Nous avons soumis les photos à la question des logiciels spécialisés. Nous avons procédé à l’orthorectification des clichés. C’est-à-dire à sa projection cartographique à l’échelle, en repère orthonormé, selon des axes nord sud et est ouest. Pendant près de deux ans nous avons travaillé sur cette trace évanescente. Chaque fois prêt à renoncer. Seulement aiguillonné par la volonté de résister à ceux qui avaient voulu nous la cacher. Car, si, tel un bâtard, on nous en avait tu l’existence, c’est que son importance devait être fondamentale.

(Lire la suite dans notre livre : AZF, ENQUETE SECRETE)